Devenir membre premium

Devenez membre Premium et bénéficiez de remises immédiates

Pêche du thon rouge au leurre : quel budget prévoir pour débuter ?

moulinet stella sw
La pêche du thon rouge demande un matériel très spécifique. Canne, moulinet, tresse et autres accessoires indispensables font monter rapidement la note. D'autres sont également conseillés mais non indispensables.
Faisons le tour et voyons quel budget prévoir pour s'équiper.

La pêche du thon rouge au leurre est une pratique qui demande un matériel spécifique. Celui-ci est coûteux, c’est un fait, mais absolument indispensable si vous souhaitez vous mesurer à des poissons hors normes qui font rêver les pêcheurs sportifs du monde entier. Un voyage de pêche exotique est le rêve d’une vie pour de nombreux pêcheurs passionnés et l’assurance de se mesurer à des poissons bien plus virulents que ceux que l’on croisent à nos latitudes. La présence du thon rouge sur les côtes française offre la possibilité de pêcher ce genre de poissons. La pêche du thon rouge ne remplace pas un voyage de pêche qui reste une expérience globale extraordinaire mais considérant uniquement l’aspect sportif, vous retrouverez les mêmes sensations en métropole grâce à cette espèce. Voyons en détail quel matériel est indispensable et à quel prix. Nous profiterons également pour parler des accessoires recommandés.  

Le matériel indispensable

Le bateau ! Eh oui, pour vous rendre au large, il vous faudra une embarcation adaptée pour accueillir 3 pêcheurs en toute sécurité. Les zones de pêche se trouvent généralement entre 10 et 30 miles au large des côtes. Lorsqu’une chasse est aperçue, il faut s’y rendre rapidement. Il est rare de croiser des pêcheurs de thon avec des bateaux en dessous des 6 m et 115 cv en motorisation. Ce critère limite déjà l’accessibilité de cette pêche.

combat sur bateau
Un bateau de plus de 6 mètres permet d’associer place à bord, sécurité et vitesse de déplacement pour se rendre sur les chasses.

Tout le monde ne dispose pas d’un tel ensemble. À cela il faut ajouter la réglementation, à savoir l’obligation d’être titulaire d’un permis hauturier mais aussi d’un matériel de sécurité conforme à la réglementation pour naviguer aussi loin des côtes.

Le combo canne + moulinet

Point commun entre tous les pêcheurs, l’ensemble canne/moulinet représente la base de la pêche au leurre. Dans cette pêche, il devra être adapté aux poissons ciblés et en France, toutes les régions ne sont pas égales et n’abritent pas les mêmes populations de poissons.

Dans le sud-ouest, les thons sont de plus petite taille, généralement entre 25 et 55 kg. En Bretagne, la moyenne se situe à 70-80 kg, mais il n’est pas rare de piquer des spécimens de 150 kg et plus. Tous les ans des trophées de plus de 250 kilos sont pêchés. La tresse, les émerillons, anneaux brisés doivent être savamment sélectionnés tout comme les leurres. L’objectif est de se constituer un pack de début que vous ferez évoluer par la suite.

Le choix de la canne

Je vais prendre en exemple la pêche en Bretagne, celle que je pratique depuis 6 saisons à présent et donc faire référence au matériel spécifique à cette région. Il comporte de nombreuses similitudes avec celui utilisé pour les petits thons rouges, mais en version XXL.

La pêche se fait sur chasses, sur des zones n’excédant pas les 70 m de fond. Ce paramètre est important. Cela implique que le poisson ne pourra pas sonder à des grandes profondeurs. Une contenance de 300 m de tresse sera largement suffisante.

La canne, devra être adaptée au lancer, d’une longueur comprise entre 2,10 et 2,30 m. Plus elle sera courte et plus le combat sera simple en raison du bras de levier. Plus elle sera longue et plus la distance de lancer sera élevée. Tout n’est qu’affaire de compromis. Optez pour un modèle de 2,20 m d’une puissance de 130 a 150 lbs voire plus.

pêcheur avec canne à pêche en combat avec un thon rouge.
Une canne trop longue complique les combats. L’idéale est un modèle aux alentour des 2,20 m.

Sans faire la promotion de telle ou telle marque je vous cite quelques modèles disponibles chez DPSG qui seront adaptés à la pêche des thons rouges sur chasses en Bretagne. Tous ces modèles ont un prix compris entre 500 € et 1000€.

Adapter le moulinet

Le moulinet devra être équipé d’un frein de qualité, progressif, d’une puissance minimale de 20 kg. Une récupération importante est un plus pour les pêches au popper. J’apprécie lorsque celle-ci est d’environ 110 cm, tour de manivelle. Il y a du choix en la matière et pour toutes les bourses.

Quelques modèles à vous conseiller qui ont déjà fait leur preuve :

Ma sélection personnelle se tourne vers un Shimano Stella 20000 SW garni de tresse en PE 10 de même pour mon Shimano Saragosa 20000 et le Penn Slammer en taille 8500.

Pour les poissons un peu plus petits, en dessous des 100 kg, j’utilise un Shimano Twin Power 14000 SW garni de tresse en PE 8. Concernant les moulinets, les prix varient entre 300 € et plus de 1 000 €.

moulinets pour pêche du thon rouge
Quelques-uns des moulinets que j’emploie pour pêcher le thon rouge.

La différence de prix se fera ressentir sur le frein et sa fluidité ainsi que la longévité du moulinet dans le temps. J’ai commencé par un Saragosa qui me sert toujours de moulinet de prêt ou de secours. Compter un budget de 500 € pour avoir un produit qualitatif.

Votre ensemble canne, moulinet vous coûtera donc entre 1000 et plus de 2 000 €. Il faudra tenir compte de la fréquence des sorties que vous envisagez et si vous souhaitez vraiment vous perfectionner dans cette pêche.

La tresse, un achat à ne pas négliger

Dans cette pêche, tout est démesuré à commencer par la taille des poissons et la violence des combats. Le matériel devra suivre et être adapté. La tresse qui garnira le moulinet n’échappe pas à cette règle. Elle devra associer résistance, fluidité, diamètre pas trop gros et dans la mesure du possible, un prix correct. Là aussi, il n’y a que l’embarras du choix !

Pour garnir un moulinet en taille 18000 ou 20000 le diamètre le plus courant est le PE 10. Les pêcheurs souhaitant une résistance plus élevée se tourneront vers un modèle en PE 12. Personnellement, pour plus de discrétion, j’opte pour un ensemble en PE 10 et un second, plus light, en PE 8.

Ma sélection personnelle se tourne vers 2 modèles que j’emploie depuis plusieurs années et qui ne m’ont jamais fait défaut.

tresse daiwa j braid
Surement l’un des modèles présentant le meilleur rapport qualité/prix .

Ces 2 tresses pressentent la particularité d’être multicolores. Ce qui est un réel avantage dans cette pêche afin de mieux se situer durant le combat ou le rush. Ce sont toutes les deux d’excellents rapports qualité/prix.

D’autre modèle qui seront également adaptés comme la VARIVAS AVANI CASTING SMP – 600 M – 120 LB et la DAIWA J-BRAID 8B 1500 M 42/100.

Compter environ une cinquantaine d’euros pour garnir votre moulinet.

D’autres accessoires indispensables

La liste de courses n’est pas terminée. Il y a ce que j’appelle les petites fournitures. Ce sont les anneaux brisés, émerillons rolling, shock leader, hameçons pour les leurres, etc. Tout ce petit matériel a un coût. Il s’agit de consommables qui subiront pertes et casses durant la saison. Il est donc préférable d’avoir un peu de stock afin de varier les tailles et de parer les pertes.

Concernant le shock leader, j’opte pour 2 bobines de Varivas. L’une en 170 lbs que j’associe à la PE 10 et la seconde en 140 lbs associée à la PE 8. Cela me permet de faire face à toutes les situations. Je dispose également d’assists hooks Shout taille 4/0 et 5/0 , d’émerillons rolling en 200 lbs ainsi que d’anneaux brisés en 300 lbs.

Quelques anneaux brisés que j’utilise et qui m’apportent entière satisfaction.


Tout ce petit matériel vous coûtera entre 50 et 100 € d’investissement. Ma sélection personnelle est la suivante : 

  • Emerillon BKK INFINITY SWIVEL – TAILLE 4
  • ANNEAUX BRISES OWNER ULTRA WIRE – 8
  • SHOCK LEADER VARIVAS 170 LB et 140 LBS
  • PLES SHOUT KUDAKO 330SK taille 4/0 et 5/0

Une bonne pince à anneaux brisés est indispensable. Personnellement, je fais confiance à la HPA Big Game Plier qui me suit depuis le début. Comptez également une cinquantaine d’euros pour un modèle similaire.

La pince HPA Big Game Plier
La pince HPA Big Game Plier

Le choix des leurres

Certainement la partie la plus compliquée tant le choix est vaste. Là encore il y en a pour toutes les bourses et chacun y va de son choix personnel.

Une chose est sûre cependant, il est indispensable de disposer de leurres de surface (poppers) et de leurres souples. J’ai fait le choix de ne pas pêcher au stickbait ou très peu. En disposant de 3 leurres de surface et quelques leurres souples, vous aurez largement de quoi faire face aux différentes chasses rencontrées. Les leurres sont considérés comme du consommable eux aussi. Vous en perdrez à coup sûr durant la saison en raison des casses.

Sans prendre cela pour une vérité absolue, je vous partage ma sélection personnelle que j’ai établie, peaufinée et approuvée au cours de ces 5 dernières saisons !

Pour ce qui est des poppers, je n’emploie qu’un seul modèle : le Feed Popper de Tackle house en taille 150 mm et 175 mm en sélectionnant des coloris naturels ainsi que le coloris rose. Ces leurres coûtent en moyenne 50 € pièce.

feed popper
Le Feed Popper, mon leurre de surface favoris pour la pêche du thon rouge.

Il existe évidement d’autres modèles, ayant fait leurs preuves mais que je n’emploie pas. Je pense notamment au Halco Roosta Popper, Yo-Zuri Mag Popper 160 ainsi qu’au Strike Pro Tuna Hunter.

Pour les leurres souple j’apprécie le Illex Nitro Shad en taille 120 et 150 ainsi que le Black Minnow 120 et 140 de Fiiish. J’ai aussi sélectionné le Crazy Paddle Tail 180 et le Crazy Sand Eel 200 de Fiiish ainsi que le Sandy de Westin. Tout ces leurres sont des modèles que j’emploie également tout au long de l’année lorsque je cherche le lieu et le bar.

thon rouge piqué au crazy sand eel 220 coloris rose
Le Crazy Sand Eel coloris rose est une valeur sûre.


En revanche, je leurs associe une tête plombée adaptée pour le thon. Soit la tête plombée X Strong de Fiiish ou les têtes articulées spécial thon VDSLIM et VDSHAD. Ces modèles coûtent entre 10 et 15 € environ. Choisissez-en 3 ou 4 pour parer aux casses à venir.

Pour résumer, une boîte de leurres vous reviendra à environ 200€.

leurre nitro shad d ILLEX montés sur têtes plombées VDLIM
Les têtes plombées VDSLIM permettent de monter de petits shads. Ici, des Nitro Shad 90 et 120 d’Illex.

Les accessoires utiles mais non indispensables

Certains accessoires se révèlent indispensables une fois que vous les possédez. Pourtant, vous vous en êtes passés au début. La pince à poisson par exemple. D’un montant de 300 € environ, elle est très pratique et avec du recul, je ne pourrai m’en passer malgré le fait que j’ai effectué ma première saison sans. 

Thon rouge maintenu avec pince amiaud
A présent, je considère la pince à poisson comme indispensable !

Le baudrier est aussi un plus. Certains apprécient cet accessoire alors que d’autres, non. Personnellement, je ne suis pas très à l’aise avec, mais ce n’est que mon avis. Plusieurs modèles sont disponibles et pour faire son choix, le mieux, est de l’essayer avant d’investir. 

Une paire de gants est utile et quasiment indispensable. Les gants dits « de pêche » permettent de ne pas subir le frottement du grip de la canne avec les mains lors du combat. De plus, il est indispensable d’en utiliser pour le lignage. D’autres accessoires peuvent vous être utiles et la liste longue. Vous investirez dans ces derniers au fur et à mesure de vos sorties et de vos besoins.

Au final, combien cela coûte-t-il ?

Prenons la calculette et faisons la note. La fourchette basse se situe aux environs de 1 500 € pour la canne, le moulinet, la tresse, quelques leurres et les petits accessoires (émerillons, anneaux brisés, shock leader, etc) et peut monter très rapidement. Vous vous constituerez ainsi un ensemble de départ qui tient la route, que vous pourrez faire évoluer au fur et à mesure des sorties et de l’expérience que vous allez emmagasiner. Certes, c’est une somme, un investissement de base sans compter les accessoires « optionnels ». Ce que je peux vous conseiller au début, c’est d’investir à plusieurs, si vous êtes certain de sortir tout le temps avec le même équipage. Cela divise les frais, mais implique une excellente entente.


Haut de page