5 conseils pour la pêche du chevesne en surface à vue aux imitations d’insectes !

L'installation des beaux jours est le théâtre des premières éclosions d’insectes. Phryganes, mouches de mai ou autres coléoptères, toutes les espèces sont bien représentées au-dessus des rivières ne manquant pas de créer une certaine émulation sous la surface ! Le moment idéal pour tenter le chevesne à vue aux imitations d’insectes !
Pêche du chevesne en surface aux imitations d'insectes
  1. 5 conseils pour la pêche du chevesne en surface à vue aux imitations d’insectes !
  2. Matériel et accessoires nécessaires pour la pêche du chevesne en surface aux imitations d’insectes

Les beaux jours sont là. Avec le réchauffement de l’eau, les chevesnes commencent à se tourner vers la surface pour s’alimenter. Observant un régime omnivore, le chevesne se nourrit aussi bien d’algues, de mollusques, de petits poissons, de fruits et bien entendu, d’insectes. Ce sont ces derniers qui vont nous intéresser plus particulièrement dans les lignes qui vont suivre et nous allons tenter de vous convaincre (si ce n’est pas encore le cas) du caractère à la fois ludique et technique de la pêche du chevesne à vue aux imitations d’insectes !

1-Prospectez avec les yeux !

Comme toutes les pêches à vue, et à la différence des autres pêches de prospection aux leurres où l’on va enchainer les lancers pour réussir à localiser les poissons, la pêche du chevesne aux imitations d’insectes est une approche où l’on va prospecter avec son regard.

Aucun lancer ne doit être déclenché au hasard. Au contraire, il interviendra dans un second temps, celui qui suit la détection d’un poisson. Et par expérience, évitez de céder au lancer hasardeux, par dépit, car c’est souvent le moment choisi par un gros chevesne pour marauder, juste devant vous. Sauf que vous n’êtes plus dans le bon timing…

poisson tenu par un pêcheur
Il est important de se faire le plus discret possible lorsque l’on pêche le chevesne à vue !

2-Faites-vous discrets !

Il s’agit d’un point fondamental. L’approche du poste doit être la plus discrète possible, surtout dans les petits milieux. Et pour cause, le chevesne est un poisson très méfiant doté d’une vue très développée. Aussi, les poissons sont régulièrement postés proches de la berge, sous les frondaisons, à l’affût de tout ce qui pourrait en tomber.

Essayez alors de vous fondre au maximum dans le décor. Servez-vous des arbres et de la végétation pour vous camoufler, progresser et observer. Evitez autant que possible les vêtements qui contrastent trop avec l’environnement. Le blanc est une couleur à proscrire notamment !

poisson tenu par un pêcheur
Le coup du soir est souvent propice à l’activité des chevesnes

3-Choisissez le bon moment

Cela ne sert à rien de partir à la recherche du chevesne pendant de longues heures. Privilégiez les sessions courtes. Seulement, pour optimiser vos courtes sessions il est intéressant de connaître les habitudes des poissons sur un poste, leurs déplacements, leurs spots de tenue privilégiés, etc. Et cela requiert d’avoir fait un peu de repérage en amont.

Aussi, privilégiez certains moments de la journée en fonction de la luminosité, l’orientation du soleil pour éviter de l’avoir dans les yeux et prendre garde aux ombres portées, des périodes d’activité alimentaire des poissons (le début de soirée est souvent un très bon moment, après un orage, etc).

poisson tenu par un pêcheur
Gros chevesne qui s’est laissé séduire par une imitation d’insecte (Illex Woodlouse)

4-Faites de la compétition alimentaire une alliée

Il sera effectivement plus facile de réussir à capturer des poissons dès lors qu’ils évoluent en groupe (et c’est régulièrement le cas). A l’affût de tout ce qui pourrait tomber à l’eau, le -ploc- du leurre à la surface va souvent avoir pour effet d’attirer plus facilement les poissons s’ils sont en groupe, pour cause de compétition alimentaire. Même s’il n’est pas impossible de prendre un poisson solitaire, loin de là, ce comportement est moins systématique lorsque l’on cible un poisson isolé.

poisson photographié en gros plan
Chevesne capturé à vue en surface sur l’Orikanemushi d’OSP

5-Soyez précis au lancer et dans la présentation du leurre

Le chevesne est un poisson très méfiant, encore plus lorsqu’il s’agit des gros poissons plus âgés. D’autre part, il peut se montrer extrêmement sélectif en ce qui concerne le leurre qu’on lui propose.  Combien de refus impossibles j’ai pu essuyer alors que le poisson montait, très décidé, sur le leurre pour s’en détourner tout aussi rapidement au dernier moment. De quoi s’arracher les cheveux parfois ! Donc, pour mettre toutes les chances de votre côté, et peu importe l’issue, la précision du lancer et la présentation du leurre doivent être optimales.

Pour le lancer il est essentiel d’observer une certaine méthode. Tout d’abord, il ne faut pas lancer derrière le poisson et encore moins sur lui. L’idéal est de lancer le leurre devant lui, pas trop proche de manière qu’il soit directement dans son champ de vision sans pour autant l’effrayer.

En conclusion

Le chevesne est un poisson assez peu estimé des pêcheurs aux leurres, à tort, vous l’aurez compris, tant sa recherche aux imitations d’insectes en surface est à la fois technique et ludique. De plus, le chevesne est très bien représenté dans le réseau hydrographique français et le matériel pour partir à sa recherche, très succinct. 2 éléments qui font de cette pêche une pêche accessible au plus grand nombre !